Production multimédia V et VI

Techniques d'intégration multimédia du Cégep de Sainte-Foy

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Veille technologique

Fil des billets

16déc.

Reaper/PodFarm/TH2/Lecab/ - Steven Paquet

Reaper est un logiciel d'enregistrement un peu comme audacity mais bien plus complet. La fonction que je vais présenter est celle permettant d'enregistrer notre instrument de musique, par exemple une guitare. Avant de commencer avec reaper, il faut avoir une carte de son où l'on peut y brancher sa guitare. M-Audio Fast track et les différents Pod de Line 6 sont deux cartes de son externe de bonne qualité et assez abordables. Dans Reaper, nous pouvons ajouter plusieurs pistes et y insérer des VST. Les vst sont des programmes que nous pouvons importer à l'intérieur de Reaper.

 


Le premier programme est PodFarm. Ce logiciel est un simulateur d'ampli de guitare. En plus de proposer plusieurs modèles d'ampli, il y a différentes types de pédal d'effet comme du delay, reverbs et wahs. Il est possible de régler chacuns des éléments comme si c'était des vrai.

Un autre élément de la simulation sont les impulses. Ce sont des petits fichier de son qui sont extrait directement d'une chanson. Pour pouvoir utiliser les impulses, nous pouvons prendre un programme comme Lecab. Même avec Lecab, nous devons quand même prendre un programme comme PodFarm car les impulses sont seulement des simulations de cabinet et un ampli est quand même requis. Comme PodFarm a déja un simulateur de cabinet, nous devons le désactiver lorsque nous utilisons Lecab. Jusqu'à 6 impulses peuvent être chargés et quelques réglages sont disponibles pour chacun.
Le dernier programme est Overloud Th2. Pour la simulation d'ampli tourné plus spécifiquement vers le rock et le metal. TH2 est selon 
moi le meilleur. Les sons de grosse distortions sont des bien fait. Une des particularité de ce programme est la possibilité de charger 
les impulses directement sans passer par un programme comme Lecab. Un peu à l'image de PodFarm, plusieurs amplis et pédals sont mis 
à disposition de l'utilisateurs. Le seul petit désavantage de TH2 face à d'autres programmes de simulation plus connus comme Guitar 
Rig ou Amplitube, est que nous ne pouvons pas nous enregistrer directement dans le logiciel. Cependant, nous pouvons facilement 
résoudre se problème en passant par Reaper qui est gratuit.
Cela est une des méthodes les plus répendues pour pouvoir faire l'enregistrement de "cover" de chansons. Bien sûre il y a certaines 
techniques plus pointues qui permettent de passer d'un enregistrement de qualité moyenne à une excellente qualité. Cela demande pas 
mal de pratique et de patience. Voici un exemple d'un très bon "cover" avec un son qui se rapproche fortement de celui de la chanson originel.

15déc.

Adobe InDesign - Mathieu Vallée

Bonjour à tous,

il y a de cela quelques semaines, j'ai présenté à mes camarades de classes un merveilleux pecha kucha pour présenter le logiciel InDesign.  Pecha Kucha InDesign

Si vous lisez la suite, vous trouverez un résumé de cette présentation.

Lire la suite

13déc.

Ableton Live


Ableton Live est un logiciel permettant la composition et l'arrangement de pièces sonores. Son interface a surtout été pensé pour optimiser son utilisation dans un contexte d'une performance en direct. Ce logiciel est disponible pour Mac et Windows.

Il existe deux manières de visualiser un projet sonore dans Live. Le premier est l'écran d'arrangement. Cet écran peut sembler familier à ceux ayant déjà travaillé avec un logiciel audio, tel que Logic ou Cubase. Il permet d'arranger, d'automatiser et de structurer une pièce sonore du début à la fin. Il est donc parfait pour la composition d'une oeuvre audio.

arrangement.png

Là où Live se démarque des autres logiciels, c'est dans l'écran de session. Ce dernier permet d'organiser, d'arranger et de déclencher des "clips". Un clip peut être une boucle sonore ou bien encore une boucle d'information midi. Il est possible de déclencher un clip à la fois, ou bien d'en déclencher plusieurs en même temps.  Chaque clip contient sa propre enveloppe qui permet au musicien d'automatiser certains paramètres comme le volume. L'écran de session facilite et incite l'improvisation et il permet d'interagir de manière simple avec le logiciel. Cela peut se faire à l'aide de la souris, ou mieux encore, à l'aide d'un contrôleur externe conçu à cet effet.

session.png

Live vient avec une panoplie d'instruments conçus spécifiquement pour le logiciel. Ce qu'il faut retenir, c'est que le musicien n'est pas obligé d'utiliser les outils mis à sa disposition par Live, il est également possible  d'y ajouter des instruments externes puisque les VST et les AU sont pris en charges. Il s'agit cependant d'un autre sujet complètement. Pour l'instant, regardons quelques exemples d'instruments appartenant spécifiquement à l'univers de Live.

Operator : Puissant synthétiseur FM à quatre oscillateur. Il permet la création de sons à la fois simples et extrêmement complexes. 

operator.png

Sampler : Comme son nom l'indique, Sampler est un échantillonneur sonore. Il permet d'importer un son, de le modifier à sa guise et de le jouer par la suite.

sampler.png

Impulse : Échantillonneur destiné à la création de boucle rythmique. Il permet  l'importation et la modification relativement simple de huit sons à la fois.

impulse.png

Analog : Synthétiseur à synthèse soustractive. Il possède deux oscillateurs et un générateur de bruit.

analog.png

Tout ceci n'est qu'un léger aperçu des capacités de Live. Il est à noter que le logiciel vient également avec plusieurs effets qui permettent la modification parfois drastique d'un son. Filtre, compresseur, délai, reverb, égalisateur, tout y est. Et je n'ai pas couvert l'aspect de l'option "Warp" qui permet d'ajuster ou de corriger la position des temps dans une onde sonore. Live va aussi essayer d'adapter tout boucle sonore importée au tempo du projet. Ces sujets sont cependant un peu trop complexes, et ils rallongeraient la longueur de ce billet inutilement.

Live est un logiciel novateur et facile d'approche. Pour quiconque serait interessé à en savoir plus, je vous suggère de faire un tour sur le site web d'Ableton.

28nov.

Sécurité sur le Web

Mon Pecha-Kucha était dédié à la sécurité sur le web, voici quelques bonnes pratiques si vous naviguez le web:

Mot de passe

  • Choisir un mot de passe combinant chiffres, lettres et caractères spéciaux.
  • Un mot de passe de 10 caractères offrent jusqu'à un quintillion de possibilitées.
  • Verification en 2 étapes.


Logiciel malveillant

  • Trojan:  Application deguisée en une autre.
  • Worm: Virus utilisant le réseau de l'ordinateur infecté pour en infecter plusieurs.
  • Spyware: logiciel malveillant volant des informations personelles.
  • Keylogger: Enregistre toutes les touches tappées.

Se proteger contre les logiciels malveillants

  • Trouver un (ou des) anti-virus qui nettoyera l'ordinateur.
  • Se renseigner sur l'anti-virus choisi, connaître les types de logiciels malveillants qu'il couvre.
  • Mise à jour de l'ordinateur et de l'anti-virus.
  • Gros bon sens.

Réseau

  • Ne pas entrer d'informations personelles sur des réseaux potentiellement dangereux.
  • Proteger le router à la maison par un mot de passe
  • Clé d'encryption WPA2 à la place de WEP.

Sécurité mobile

  • Utilisez un passcode, ou autre pour verouiller le cellulaire.
  • Installer les applications de source inconnu seulement après avoir recherché et verifié l'application.
  • Ne pas garder en mémoire les informations personelles.
  • Mise à jour automatique seulement sur les logiciels provenant de source sécuritaire.

Magasiner sur le web

  • Si c'est trop beau pour être vrai, ça l'est surement.
  • Recherchez sur les vendeurs.
  • Vérifiez l'historique du vendeur et le feedback.
  • Utilisez des methodes de paiement avec protection tel que carte de credit, Paypal ou Google Checkout.
  • Bien lire l'information sur l'objet acheté.
Pour plus d'information, visitez le site de Google dédié a informé les internautes des dangers sur le web

25nov.

SIRI, vos désirs sont des ordres


Mon Pecha Kucha de la semaine 10 portait sur la toute nouvelle application d'assistance vocale pour iPhone : SIRI.

SIRI nous entend, elle nous comprend, elle nous aide à faire ce que l'on fait tous les jours, et elle nous répond. Tout ceci est fait de manière très naturelle !

Pour l'avoir utilisée personnellement, la performance est assez impressionnante.
Vous pourrez également constater dans le vidéo qui suit que SIRI vient en aide aux personnes ayant une déficience au niveau de la vue.


Je vous propose ici le vidéo de Apple sur la promotion de SIRI :

Introducing SIRI http://www.youtube.com/watch?v=rNsrl86inpo

et quelques liens qui peuvent sans doute vous intéresser :

Site officiel

FAQ

Wikipédia

Comparaison avec IRIS, application pour Android http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=vfcfckILNHo
à savoir que IRIS a été programmé en 8 heures ! la différence avec la performance de SIRI est évidente.


Sophie Cloutier

13nov.

Framework Ruby on Rails

Bonjour!

Pour cette veille technologique, je vous présente le framework Ruby on Rails développé par David Heinemeier Hansson. Un framework extrait de l'application Basecamp en juillet 2004 (selon Wikipédia) et crée en 2003 (selon le site officiel).

C'est un framework propulsé par le langage de programmation RUBY. Ce framework est vraiment intéressant lorsqu'il est temps de développer des applications web puisqu'il est facile de développer rapidement l'application et la faire évoluer.  Ruby on Rails offre des outils intégrés permettant de passer moins de temps sur les tâches répétitives telles que création de formulaire, validation, structure de base de données, etc.

Ruby on rails nous force à développer selon la structure MVC. Nous ne sommes jamais dé-paysager d'une application à une autre puisque la structure reste toujours la même. Le langage RUBY fait en sorte que notre algorithme est simple et léger sans perdre de flexibilité. De plus, ce langage de programmation est reconnu pour avoir une syntaxe «humaine». Il est donc facile de comprendre l'algorithme sans nécessairement connaitre par cœur toutes les fonctions puisque la syntaxe ce rapproche du langage humain.

Si vous désirez apprendre d'avantages sur ce framework je vous conseille un excellent livre Agile Web Development with Rails (4th edition) qui est malheureusement payant. Assurez-vous d'acheter la 4ième édition puisque les éditions antérieures ont été écrites sur ruby 2.0. Les anciennes éditions sont très bien écrites, mais vous allez chercher régulièrement sur internet pour les informations justes, cette méthode est un bon apprentissage croyez-moi :).

Voici mon diaporama présente en classe.


Petites questions pour les pros!!
Est-ce qu'il vous est arrivé de travailler avec ce Framework?
Est-ce une compétence/atout recherché sur le marché de travail?

Merci!

10nov.

Comment faire une application facebook en 10 étapes facile

Pecha kucha présenté sur les applications de facebook présenté sur prezi

http://prezi.com/uj0l7zsesqf4/present/?auth_key=0sx5fkv&follow=hiq3r5wprzcv#1

18oct.

Veille Technologique - Prey

Bonjour a tous,

Dans cette veille technologique, je vous présente un petit outil utile qui pourrait vous éviter des maux de têtes. Cette outil est Prey

Prey est un service anti-vole gratuit pour les ordinateurs et les appareils Android. Les systèmes d'exploitations supportés sont Microsoft Windows, Macintosh OS, Linux et Ubuntu.

S’inscrire gratuitement à Prey vous donnera plusieurs bénéfices tel que :

  • Un suivit de votre appareil électronique.
  • Envoie d'information par courriel à intervalle régulier.
  • Prendre une capture écran de la session et l'envoyez par courriel.
  • Photographier l'individu a l'aide de la camera intégré.s
  • Sonnez une alarme quand l'appareil sera proche de vous.
  • Alerter celui en possession de l'appareil que celui-ci est volés.

Pour quelques fonctionnalités supplémentaire, une version Prey Pro est displonible

Pour plus d'information, voici un lien directe vers la Foire au Question.

13oct.

Veille Technologique - HTML5

Bonjour à tous!

Je suis un peu en retard sur l’envoi de ce message compte tenu que j’ai été un des premiers à faire une veille techno cette session-ci. Mais cela n’empêche pas que je suis là maintenant!

Ma veille techno portait en fait sur le HTML5. J’ai brièvement expliqué en quoi consistait ce dernier en expliquant quelques façons de faire afin de le rendre compatible sur tous les navigateurs (y compris IE6).

Commençons donc par la base : les nouvelles balises. Cette nouvelle version du HTML nous apporte de nombreuses balises plus utiles qui servent tout d’abords à éviter de souffrir d’une « div-ite aigüe ». Elles sont, au niveau sémantique, beaucoup plus efficace. En voici donc quelques unes :

hgroup : permet de rassembler ensemble différents éléments de type ’’h’’ (h1, h2, ...)

header : On voit ici rapidement l’utilité de celui-ci. Nous pouvons maintenant abandonner le classique <div id=’’header’’>. L’ensemble de l’entête est donc compris dans cette balise.

footer : Même principe que la précédente, mais au niveau du bas de page.

section : Permet de créer une section dans notre page, par exemple, notre contenu principal au centre de la page.

article : Lui aussi permet de définir du contenu, mais est plus souvent utilisé au niveau des éléments qui se répètent, comme dans un blogue, pour les billets.

aside : Un autre conteneur pour du contenu dans la page, mais il se spécialise pour les contenu qui ne sont pas principaux. On peut, par exemple, se servir de la balise aside pour mettre un calendrier sur le côté de notre page.

nav : Cette balise sert tout simplement à encadrer nos menus de navigation.

canvas : Elle permet de dessiner des éléments en 2D sur nos pages.

Il en existe bien d’autres, comme <video> et <audio>, mais il serait long de tous les énumérer.

Afin que votre site en HTML5 soit bien référencé, ils y a plusieurs étapes à suivre, mais la principale est que chaque élément (les nouvelles balises) soit en elle-même identifiées avec une balise h1. Il n’y a donc plus qu’une seule balise h1 dans une page et on peut rapidement se ramasser avec beaucoup d’entre-elles. Il faut donc faire attention lors de notre intégration. Une bonne façon de vérifier si votre page est bien référencées est de vous fier à un « outliner HTML5 ». Il en existe en ligne, mais avec quelques recherches, je suis tombé sur un « add-on » pour Google Chrome très pratique. Voici donc le lien : https://chrome.google.com/webstore/detail/afoibpobokebhgfnknfndkgemglggomo . Malheureusement, il ne fonctionne que sur Chrome, alors désolé si vous utilisez un autre navigateur, vous allez devoir utiliser ceux en ligne, qui, à mon avis, sont beaucoup moins efficaces.

Avec le HTML5, adieu les doctypes compliqués. Voici maintenant la nouvelle formule : <!DOCTYPE html>. Tout simple et facile à retenir, en voilà du progrès.

Mais comment faire fonctionner HTML5 sur tous les navigateurs me demanderez-vous? C’est en fait vraiment simple. Il suffit d’aller sur Google et de rechercher soit « html5shiv » ou « html5shim ». Vous n’aurez alors qu’à importer ce script dans votre page web dans le « head » avec un commentaire conditionnel pour les versions antérieures à IE9. Voici comment faire :

<!--[if lt IE 9]>
<script src="//html5shiv.googlecode.com/svn/trunk/html5.js"></script>
<![endif]-->

Une autre étape est d’ensuite, dans votre fichier CSS, inscrire « display : block; » aux nouveaux éléments (section, hgroup, article, etc.).

Il est certain que je n’ai pas pu énoncer toutes les nouveautés qu’apporte HTML5, car cela aurait été bien trop long. Il est donc à vous d’effectuer vos recherches supplémentaires!

Et voilà, maintenant que vous connaissez les bases d’HTML5, vous pouvez vous lancer à l’eau!

Lire la suite

06oct.

Veille Techno - Création d'une application pour Android (.apk)

Bonjour à tous,

Ma veille techno est déja passée il y a un bon bout de ça mais je voulais quand même mettre en ligne le lien en question.

Il s'agit donc de créer un fichier avec l'extension .apk pour application Android (Il est aussi facile de créer un .ipa pour Iphone).

Un tutoriel qui dit en étapes claires comment exporter avec Flash builder et Flash un fichier .apk :

http://www.unitedmindset.com/jonbcampos/2010/07/20/creating-a-flash-professional-android-project/

- page 1 de 2